Archives de Tag: internet

Dans les nuages opaques d’Internet, des idiots utiles

20130131-150301.jpg

Quel est le sondage de trop ? Ce sondage Ipsos Public Affairs pour Le Monde, la Fondation Jean Jaurès et le Cevipof diffusé et commenté sur trois pages du Monde (25 janvier) ou bien le baromètre OpinionWay-Cevipof (Le Monde, 16 janvier) relayé par tous les médias ?

Il faut dire que le sondage Ipsos fait apparaître à la fois des biais si visibles qu’ils en semblent énormes et une crédulité tout aussi énorme des commentateurs.

87 % des sondés veulent « un vrai chef pour remettre de l’ordre ». Si l’échantillon était représentatif, « les Français » ou « la société française » plébisciterait à 86 % « L’autorité qui est une valeur trop souvent critiquée aujourd’hui. »

Bref, la France serait proche des foules de Nuremberg. Il n’est même pas sûr que le nazisme ait réussi une telle unanimité.
Lire l’article du Blog.MondeDiplo

Publicités

Le premier qui fait modernité, il doit être exécuté

20121125-142035.jpg

C’est l’histoire d’une petite pharmacie familiale de quartier populaire, à la Grâce-de-Dieu à Caen, qui veut grandir. En s’adaptant au nouveau commerce de son siècle, quitte à bousculer tous les us d’une profession et d’un pays entier.

Les trois syndicats de pharmaciens (FSP, USPO, UNPF) ont tiré la sonnette d’alarme. Ils jugent l’initiative hors la loi et demandent l’intervention du ministre.

«Il ne faut pas avoir peur… Vendons du médicament made in France plutôt que de laisser les sites étrangers gagner des parts chez nous, on est train de se faire bouffer.»
Lire l’article du Républicain Lorrain

La publicité sur internet, entre libre accès et taxe de droit

20121019-203954.jpg

Google a sorti l’artillerie lourde en menaçant de supprimer l’ensemble des sites français d’information de son moteur de recherche, pour s’opposer à la proposition de créer une taxe sur ses revenus.
Plus qu’un combat idéologique, il s’agit surtout d’une guerre économique.

Les éditeurs de presse militent auprès des pouvoirs publics pour promouvoir la création d’un « droit voisin numérique », qui obligerait l’américain à les rémunérer pour chaque article indexé, c’est-à-dire rendu accessible par son moteur de recherche

Aurélie Filippetti, « Aujourd’hui, des sites qui agrègent des contenus comme Google utilisent la notoriété des éditeurs de presse, ainsi que ce qu’ils produisent ».
l’Américain s’entête, « Une telle loi aboutirait à limiter l’accès à l’information [et] pourrait porter indirectement atteinte à la liberté d’expression. »
Fleur Pélerin préfère toutefois qu’il « y ait un accord de gré à gré entre les organismes de presse et la société Google ».
Lire l’article du NouvelObs

Le FBI en guerre contre la libre circulation sur la toile

20120120-092037.jpg

Le site Megaupload.com, qui était inaccessible jeudi soir depuis les Etats-Unis, permettait d’héberger des fichiers et de les partager sur internet. Il offrait des milliers de films, séries, émissions de télévision ou chansons en libre accès, par téléchargement direct ou streaming.
Le FBI (police fédérale américaine) et le ministère de la Justice américain ont estimé qu’il s’agissait de l’une des plus «grandes affaires de violation de droits d’auteur jamais traitées aux Etats-Unis».
L’annonce de la fermeture de Megaupload.com intervient en pleine polémique aux Etats-Unis sur des projets de loi antipiratage, qui ont poussé Wikipédia à fermer l’accès à ses services en anglais mercredi et Google à masquer son logo.
Lire l’article

Sur Internet, la fronde couve…

20111103-133950.jpg

(Extrait du Monde)

Des internautes se réclamant de la gauche plus ou moins radicale ou de la droite souverainiste fustigent la « peur du peuple » que révèle, à leurs yeux, les commentaires ayant accompagné la décision prise lundi 31 octobre par le premier ministre grec, Georges Papandréou, d’organiser un référendum sur le plan d’aide à son pays.

La décision de M. Papandréou a été qualifée d' »irresponsable » par certains. Une position notamment défendue par plusieurs responsables de l’UMP ou Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique, proche du parti présidentiel. La colère de ces internautes a été renforcée par un traitement médiatique jugé moralisateur, Lire la suite