Archives de Tag: chômage

J’écris d’en bas, de la partie effondrée de l’Espagne

20130725-145511.jpg

En 2008, enceinte de huit mois, l’écrivaine espagnole Cristina Fallarás a été licenciée par le journal où elle travaillait comme sous-directrice. La lauréate du prix Hammett 2012 du meilleur roman policier en langue espagnole décrit ici cette chute : «Raconter nous sauve».

«Maman, c’est un monsieur.» Quand je me retrouve face au type sur le palier, je sais ce qui l’amène.
«Je vous apporte une notification du tribunal.
Sous son bras droit, une liasse épaisse. Sa main gauche me tend un papier.
– C’est l’ordre d’expulsion ?
Je l’attends depuis un certain temps, depuis que la banque m’a dit que si je voulais savoir où en était mon crédit je n’avais qu’à contacter les services juridiques.
– Heu, plus ou moins – le type hésite. Vous devez vous présenter au tribunal et signer ça.
– Et si je ne signe pas ?
– Ça reviendra au même.
On entend les premiers pétards qui chauffent une grève générale qu’un esprit éclairé, a qualifiée de «grève politique», comme s’il pouvait en être autrement.
– Les enfants, filez au salon.»

«J’ai besoin de cachets plus costauds. Des mois de retard pour payer le loyer, l’eau, le gaz. La banque ne me répond plus. Chéri, la viande, c’est pour les enfants. On dirait que je vieillis plus vite que l’éclair ! Plus personne ne m’appelle. Je descends au supermarché, toi, occupe la caissière pendant que je cache le dentifrice et des lames de rasoir sous ma veste.»
«Si on ne vous a jamais coupé l’électricité, l’eau, ou les deux, votre idée de la misère, c’est du toc.»

Lire l’article de Libération

Publicités

Le « modèle allemand »

20130511-185637.jpg

Les politiques d’austérité imposées aux pays européens par l’Allemagne, ont-elles atteint ce point où le coureur, comprenant soudain qu’il n’a plus rien sous les pieds, jette un regard penaud avant de s’écrouler ?

Sur le papier, ce « modèle » séduit. Non seulement l’Allemagne présente un taux de chômage officiel très inférieur à celui de ses voisins de l’ouest et du sud (6,9 % en avril), une balance commerciale excédentaire, mais l’inflexibilité de Mme Merkel sur la scène européenne rassure une population peu encline à voir le produit de ses sacrifices affecté au renflouage des pays du sud.

Hélas, ce paradis des petites et moyennes industries est aussi celui de la précarité où quatre salariés sur dix sont payés moins de 1000 euros par mois. Où l’imaginaire social et les pratiques salariales cantonnent les femmes aux tâches domestiques, agrémentées ou non d’un « petit boulot » à temps partiel ; payées 23 % de moins que les hommes, elles représentent la majorité des trois millions de salariés rémunérés moins de 6 euros de l’heure. Où le vieillissement explique une part importante de la baisse du chômage. Ou la croissance, négative au quatrième trimestre de l’année 2012, est estimée par les prévisionnistes de Berlin à 0,5 % en 2013.

Lire l’article du Monde diplomatique

En Allemagne, la semaine de 30 heures n’est plus taboue

20130223-141805.jpg

« Le chômage a atteint en Europe des ordres de grandeurs insupportables. Le chômage des jeunes est particulièrement effrayant », alertent des économistes allemands. Sans oublier les travailleurs pauvres, qui triment parfois 50h par semaine sans pouvoir en vivre.

« Aujourd’hui en Allemagne, si nous incluons les employés travaillant à temps partiel de manière contrainte, environ six millions de personnes sont au chômage ou sont sous-employées. »

Economistes et syndicalistes estiment qu’« une réduction du temps de travail à 30 heures par semaine est nécessaire et urgente. Le temps de travail moyen en Allemagne est de toute façon aujourd’hui déjà en moyenne de 30 heures par semaine, mais le travail est réparti de manière inégale. »

Seule une réduction collective du temps de travail à 30 heures, à un niveau macroéconomique, est « une clé décisive, si ce n’est la plus importante, pour la perspective d’un plein emploi. »

Lire l’article d’ActuWiki

Un homme s’immole par le feu devant Pôle emploi

rose noire

Un homme, chômeur en fin de droit d’indemnisation, a mis fin à ses jours mercredi à Nantes en s’immolant par le feu devant l’agence Pôle Emploi de son domicile après s’être aspergé d’essence, a-t-on appris de sources policières.

Plusieurs médias locaux avaient reçu lundi un mail de cet homme annonçant son intention de passer à l’acte dans la semaine devant son agence de Nantes-Est, pour protester contre le rejet de son dossier alors qu’il estimait avoir travaillé suffisamment d’heures. La direction de Pôle Emploi à Paris a confirmé ce suicide et que l’homme était bien inscrit dans cette agence et en fin de droits.

L’homme serait décédé, selon les pompiers arrivés trop tard sur lieux. L’agence Pôle emploi est fermée depuis.

Nous présentons toutes nos condoléances à la famille et aux proches de cet homme victime de la déshumanisation de la société.

La gauche n’a plus droit à l’erreur

20130127-180035.jpg

Pierre Larrouturou, a publié avec Michel Rocard, chez Flammarion en janvier 2013,  » Chômage, précarité, crise financière : arrêtez les rustines ! « 

Miser sur la croissance pour sortir du chômage est une stratégie suicidaire. Il faut inventer un nouveau modèle de développement. La gauche doit très vite adopter un plan B.

En 1997, une étude du ministère du Travail estimait qu’un mouvement général vers la semaine de 4 jours à la carte créerait 1 600 000 emplois (contre 300 000 pour les 35 heures). Ces chiffres sont toujours d’actualité.

Il faut aussi assurer le financement des PME (ce que permettrait une vraie séparation entre Banques de dépôt et banques d’affaires). Il faut lutter contre le dumping fiscal ou créer un impôt européen sur les bénéfices.
Lire l’article de L’Entreprise