Archives de Tag: justice

Peut-on rire de tout, avec tout le monde ?

Ebranler les hommes

20140104-194207.jpg

Faut-il avoir rompu avec les hommes pour ne pas être saisi d’effroi à l’évocation de la machination démente qui a organisé le discrédit, la cabale, les rafles, le transport surencombré, la promiscuité, le tri à l’arrivée, l’entassement dans les camps, le rituel macabre de la procession jusqu’aux chambres à gaz ?

La liberté d’expression doit demeurer le principe. Ce principe ne peut servir de paravent à des ignominies. Ce qui relève du débat public doit être débattu. Ce qui relève de la Justice doit être sanctionné.

Il faut donc descendre dans l’arène, disputer pied à pied, pouce par pouce l’espace de vie commune, faire reculer cette barbarie ricanante, la refouler, occuper le terrain par l’exigence et la convivialité.

Lire l’article d’Huffpost

« Je veux aller en prison »

20140104-194330.jpg
L’extrait de France 2 sur lequel se base cette histoire est frauduleux. L’objet du « délit » est un vol revendiqué d’images auquel ils font dire ce qu’ils veulent.

Avant de mourir, Romain a été approché par l’association Make a wish (« Fais un vœu », ndlr) censée réaliser le vœu d’enfants très malades. Romain leur a demandé à pouvoir me rencontrer et l’association a refusé. Lorsqu’il a fait cette quenelle devant le scanner de l’hôpital à l’adresse de l’Institution médicale, pour moi, c’était vraiment le panache.

Aujourd’hui, ce système est en crise. Personnellement, je pense que la démocratie n’a jamais existé mais ceux qui en profitent grassement n’arrivent plus à nous faire croire que ce projet est réalisable tel quel …

Lire l’article de Femmes De Chambre

52.000 SIGNATURES REMISES À AURÉLIE FILIPPETTI

20130728-124614.jpg

Reporters sans frontières (RSF) et Mediapart ont été reçus ce vendredi 26 juillet 2013 par la ministre de la Culture et de l’Information, Aurélie Filippetti, et sa conseillère en charge de la presse, Clarisse Mazoyer.
Un rendez-vous avait été sollicité afin de remettre à la ministre l’appel “Nous avons le droit de savoir”, lancé le 11 juillet dernier suite à la condamnation de Mediapart et du Point pour atteinte à la vie privée dans l’affaire Bettencourt, et de porter à son attention les enjeux de cet acte de censure inédit en France.

La cour d’appel de Versailles, dans son arrêt du 4 juillet, avait condamné Mediapart et Le Point à retirer de leurs sites internet les fameux “enregistrements Bettencourt” au prétexte qu’ils portent atteinte à l’intimité de Liliane Bettencourt et de son gestionnaire de fortune, Patrice de Maistre.

Le droit du public à être informé est pourtant garanti par l’article 10 de la Convention de sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales et la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme sur l’équilibre entre vie privée et droit à l’information.
Mediapart a d’ores et déjà annoncé son intention de se pourvoir en cassation.

Lire l’article de Reporters sans frontières

Chuut ! Elle n’a pas le droit de parler, la « commission pour la transparence »

20130409-223100.jpg

Une Peugeot 307 achetée d’occasion, un fauteuil Charles Eams, des bijoux de famille, quelques centaines d’euros sur un compte épargne logement, une maison de campagne ou encore un (petit) appartement acheté à crédit. Un nouvel effet de l’affaire Cahuzac.

Pourtant, une commission chargée de contrôler le patrimoine des élus existe. Et s’il y une suspicion d’enrichissement anormal, elle peut transmettre le dossier au parquet. Est-ce le cas de Jérôme Cahuzac ?

« Au nom de la commission, on ne peut pas divulguer quoi que ce soit sur ce qui s’y passe. » « En 23 ans d’activité, la Commission a transmis 12 dossiers au parquet, qui ont tous donné lieu à un classement sans suite. »

Lire l’article d’@SI

Islande, la justice connait l’adresse des bankers

La justice islandaise va inculper plusieurs anciens cadres et dirigeants, dont le patron de son ex-plus grande banque, pour des fraudes qui ont dissimulé la mauvaise santé de l’établissement avant sa faillite en 2008.

20130330-100921.jpg

M. Sigurdsson sera accusé d’avoir fait grimper artificiellement le cours de Bourse pour empocher 325 millions de couronnes, deux mois avant la faillite de Kaupthing. Selon les médias, six anciens dirigeants doivent être poursuivis.

L’Islande avait choisi de démanteler trois de ses banques plutôt que de tenter un long et coûteux sauvetage qui dépassait les capacités financières de l’Etat.

Entre « éthique de responsabilité » et « éthique de conviction »

Texte de l’opinion séparée soumise à la fin du rapport Jospin.

20121110-174743.jpg

Par Dominique Rousseau

Professeur à l’Ecole de Droit de La Sorbonne, Paris 1

La confiance est le principe de la démocratie. Or, aujourd’hui, elle fait défaut. Il est donc impératif de la retrouver.

Si, en effet, la représentation politique est la forme nécessaire de gouvernement, tout se joue dans la qualité de la relation citoyens-représentants: ou les agents publics se consacrent pleinement et uniquement au bien commun et exercent avec probité et impartialité leurs pouvoirs, et les citoyens s’accordent à leurs représentants; ou les agents publics se laissent guider par des intérêts particuliers et s’enferment dans un cercle de confusion des pouvoirs, et les citoyens décrochent.

La société française en est là aujourd’hui. Désenchantement, dérision, fatalisme, indifférence, colère, indignation, violence s’entremêlent et donnent ses figures et ses mots aux populismes. Les citoyens d’un côté, les institutions de l’autre, chacun continue à vivre en s’ignorant réciproquement donnant à voir une fracture d’autant plus inquiétante qu’elle est – pour l’instant – silencieuse. Lire la suite