Archives de Tag: municipales

Dominique Gros réélu à Metz

20140330-205631.jpg

Les électeurs messins ont départagé Dominique Gros (PS), Marie-Jo Zimmermann (Union de la droite) et Françoise Grolet (FN). Le socialiste est réélu.

20140331-220711.jpg

20h30: Sortant de l’Hôtel de Ville, Dominique Gros salue la foule de son chapeau et fait chanter La Marseillaise.

20h15: Voici les résultats: Gros 43,2%, Zimmermann 41,1% et Grolet 15,6%.

20140330-205648.jpg

Enfin ! Vous pourrez échapper aux pénibles soirées électorales des télévisions

20140326-164714.jpg

Municipales 2014, dimanche à 19h30 : Soirée exceptionnelle «En direct de Mediapart»

Enfin ! Vous pourrez échapper aux pénibles soirées électorales des télévisions, dimanche soir. De 19h30 à 22h30, nous vous proposons une édition spéciale «En direct de Mediapart», diffusée en streaming sur notre site, pour rebondir sur les résultats du second tour des municipales depuis la rédaction.

La soirée sera animée par Frédéric Bonnaud et Edwy Plenel.

Analyse du scrutin, ses conséquences, accélération de la crise de la représentation politique… La rédaction de Mediapart reviendra sur les principaux résultats et débattra avec plusieurs spécialistes.

Premier tour des municipales 2014 à Metz

20140323-213656.jpg

« Le suffrage universel s’est exprimé, nous sommes en tête », déclare Dominique Gros. « Cela amène 3 commentaires: trop d’abstention, score élevé du FN, et un vote d’encouragement des messins à notre égard »

20h30: Résultats définitifs: Dominique Gros 35,7 %, Marie-Jo Zimmermann 34,2%, Françoise Grolet 21,3%.

20140323-220234.jpg

Image

Ville de Metz, le vote pour le premier des socialistes aux municipales

20131010-161011.jpg

Metz, au fil du temps, de droite à gauche

20130118-180926.jpg

Le centre historique était autrefois le bastion bourgeois de la Moselle – que l’on parle de bourgeoisie économique et industrielle, ou de cette bourgeoisie nomade que représentaient les centaines d’officiers de la garnison. Aujourd’hui, résolument tourné vers l’extérieur et en pleine ébullition artistique, ce centre vote à gauche.
L’autre relais de croissance de la gauche messine se trouve sur la colline de Borny, que couronnent les barres des années 60 ; quartier plus jeune que le reste de la ville, où réside une importante population d’origine immigrée (24%) et où l’essentiel du parc locatif est social. Le PS gagne vingt points sur ces deux territoires que presque tout oppose, passant de 20-25% à 40-45% des voix au premier tour des législatives.

Les représentants de la droite ont longtemps tenu le centre conservateur, ainsi que les quartiers pavillonnaires du sud, fief de la classe moyenne et de la classe moyenne supérieure. Aujourd’hui le centre est en partie perdu, au profit du PS, et le sud pavillonnaire lui échappe, au profit du FN. Magny s’est littéralement livré au FN qui a multiplié ses scores par 6 (de 2,9 à 15,8% des voix), surfant sur le sentiment d’insécurité culturelle de ces populations. Ne restent aujourd’hui à la droite messine que quelques zones de maintien dans les faubourgs résidentiels du centre-ville.

A Metz comme ailleurs, il s’agit d’ajuster la liste municipale de manière à satisfaire à chaque quartier, chaque communauté : des entrepreneurs, des fonctionnaires, des minorités visibles, des jeunes, des seniors, des cadres militants, des sportifs, etc…
C’est une option tactique naturelle mais insuffisante.
Il faudra bien en passer par la verticale du discours politique, seule à même de souder la collectivité, de proposer à chacun une raison plutôt que des occasions d’être ensemble.
Lire l’article de Delitsdopinion

20130118-231821.jpg
Deux autres articles pour compléter le tableau, analyses et analyses suite.