Le trafic d’intérêt qui a mis en colère Michel Barnier

20120726-192736.jpg

« De vrais salauds ! », s’exclame ce haut fonctionnaire européen qui n’en revient toujours pas.

Les dernières illusions de la Commission, qui croyait que les banques pourraient s’autoréguler, s’effondrent.

« À juste titre, les consommateurs et les entreprises se sentent trahis par cette manipulation scandaleuse de marché », s’insurge Michel Barnier, le commissaire chargé du marché intérieur, que l’on a connu plus prudent.
Même The Economist traite les banquiers de « banksters », un terme plutôt réservée à la gauche radicale jusqu’à présent…
Lire le blog Libération

20120726-192828.jpg

Publicités

Une réponse à “Le trafic d’intérêt qui a mis en colère Michel Barnier

  1. Son entourage note avec gourmandise qu’une pétition de soutien à l’action de Michel Barnier a été lancée le 12 juillet par Avaaz.org et a déjà réuni 620.000 signatures du monde entier. « En tant que citoyens touchés par la vague des crises bancaires qui ont affecté nos économies et notre qualité de vie », dit le texte, « nous exhortons (les institutions communautaires) à tout faire pour que ces banquiers assument leurs responsabilités. À ces fins, il vous faudra introduire une législation ambitieuse contre les abus sur les marchés, y compris des sanctions pénales pour les banquiers qui font fi des règles et transgressent nos lois. » De fait, le commissaire a présenté, en octobre dernier, deux projets de loi européens visant à renforcer la lutte contre les opérations d’initiés et autres manipulations de marché, notamment sur celui des produits dérivés (swap, CDS, etc.), y compris en incriminant pénalement ces « abus de marché ». « Mais on n’avait pas imaginé qu’il y aurait manipulation directe des indices de marché comme le libor et l’euribor », reconnaît-on à la Commission. Ce n’est pas un hasard si le commissaire à la concurrence, Joaquin Almunia, a lancé une enquête l’année dernière contre une série de banques soupçonnées de s’être entendus pour manipuler les cours des produits dérivés indexés sur le libor, mais non pour avoir directement trafiqué cet indice… Il n’avait pas pensé à l’inimaginable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s