Un exemple à ne pas suivre

20111121-201108.jpg

Oui, il s’est produit dimanche en Espagne un événement sismique de première grandeur. Mais il ne faut pas se tromper sur sa nature. Ce à quoi on a assisté, c’est à un effondrement du Parti socialiste. Pas un raz de marée du Parti populaire. Contrairement à ce que suggèrent les commentaires hâtifs ou partisans.
Dans un sondage Metroscopia réalisé fin octobre, il était demandé aux électeurs s’ils faisaient confiance à Rajoy et à son adversaire socialiste, Alfredo Pérez Rubalcaba. Etonnamment, les leaders des deux grands partis obtenaient rigoureusement le même score : 28% leur faisaient « très » ou « assez » confiance ; 70% leur accordaient « peu » ou « aucune » confiance. Lire l’article

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s